J’étais de celles qui voulaient un homme ‘viril’ avec des gros bras. Un mètre 90. Sait toujours ce qu’il faut faire à tout instant. Qui me protégera du danger. Qui si un homme m’approche de sa jalousie me couvrira et ainsi me montrera qu’il m’aime. Sa possession, sa force, même les fois où il « m’apprend la vie » c’était ça pour moi, être un homme. Vouloir mon corps tout le temps, me plaquer contre un mur, me ravir, me saisir. Je suis à lui, il est à moi, nous...

Cet article provient du blog Lyvia Cairo. Lyvia est également auteur de De la gratitude pour toi et «Le monde irait beaucoup mieux si tout le monde apprenait à se masturber correctement».
Lire la suite sur le blog ›