Escarpins. La gorge serrée, nous roulons à travers les vertes forêts lozériennes, pour te retrouver. Ce sera une des dernières fois, nous le savons toi et moi. Pinces d'Or aussi le sait et fait une drôle de tête pendant tout le trajet. Les sapins défilent, pressés et agiles, sans égard pour nous. Je redoute de te retrouver, à moitié vide, à moitié abandonné. Par nous. Après ces deux heures et demi de trajet si familier, nous montons enfin l'escalier qui sent bon la vieille pierre, qui...

Cet article provient du blog Escarpins et Marmelade. Retrouvez également son article Peur de prendre l'avion et Non, je ne m'ennuie pas! Témoignage d'une prof en vacances.
Lire la suite sur le blog ›