Commencer cette critique en parlant de Musset m’est tout bonnement impossible car je ne connais absolument pas ces textes ou son travail. Je l’ai, bien sur, étudié rapidement au lycée mais ca ne m’avait pas marqué, j’étais plutôt du genre Molière, Ionesco, Labiche ou Feydeau. Mais à en croire les rumeurs, Lorenzaccio est un texte incroyablement long. Et Catherine Marnas l’a coupé, recoupé et encore coupé. A mon goût elle ne l’a quand meme pas...

Cet article provient du blog Confession d'un gang de filles. Marie / Marine habite à Aix / Lyon et est également auteur de Le Malade Imaginaire – Michel Didym et Roméo et Juliette – Angelin Preljocaj.
Lire la suite sur le blog ›