JessiK

Jessica, Menton

Blog : Concours et Jeux dans autres

Fan de concours et de jeux, je les partage sur mon modeste blog

La pêche du silure aux leurres est sans doute l’une des techniques les plus intenses en émotions, tant du point de vue de sa recherche que du coup de fusil que vous ressentez à chaque attaque. Dans la plupart des situations, la technique du spinning est la plus employée. Malgré tout, le casting, beaucoup plus confidentiel est sous exploité alors qu’il représente bien souvent une alternative de choix. Découvrons ensemble cette technique qui impose un véritable corps à corps avec notre partenaire de jeu dès le début de sa... Lire la suite » traque…

Pourquoi aborder le silure avec un moulinet casting ?


Lors d’une discussion avec mon ami Lilian Fautrel, spécialiste de la pêche du silure aux leurres, nous sommes arrivés à la conclusion que le casting représentait une technique parfaitement adaptée à la recherche du glane. Voici trois saisons qu’il utilise régulièrement celle-ci et il en est parfaitement content. Il n’utilise pas ce type de matériel par snobisme ou par mode, mais parce qu’à un moment donné, lui seul lui a permis de répondre à des exigences de pêche bien précises et spécifiques. Tout au long de l’année, il pratique essentiellement la Saône. Sur cette rivière, lorsque les poissons ne sont pas sur leurs postes de chasse, une première partie de la population de silures va trouver un peu de quiétude dans les profondeurs (les fosses), derrière les structures artificielles (comme les piles de pont), dans les largeurs des virages, au fond du chenal… En général, ces poissons-là sont traqués à l’aide des techniques de pêche en dérive et subissent tout au long de l’année une très forte pression de pêche. En revanche, une autre belle partie de la population de silures est souvent délaissée par les pêcheurs spécialistes de ce poisson. Ce sont tous les poissons qui vont venir s’abriter en bordure dans peu d’eau, sous les chaves, dans les arbres tombés, notamment en plein été quand la végétation terrestre des bordures et les végétaux aquatiques sont au paroxysme de leur développement. Tous ces poissons se trouvent donc non soumis à une pression de pêche dans ce que nos amis les « bassistes » (pêcheurs spécialistes du black bass ndlr) appellent le « hard cover ». C’est donc en s’intéressant à la pêche de ces poissons là qu’il a été séduit par les propriétés de la pêche en casting. Depuis, il a étendu son utilisation à d’autres circonstances et dès lors que les conditions de pêche le requièrent, il n’hésite pas à saisir un ensemble casting. Discrétion, précision, écologisme et ergonomie sont les maîtres mots des avantages du matériel casting dans la traque sur silure. Pour ne rien gâcher, il est vrai que les sensations à la touche et lors des combats sont extraordinaires. Sentir le fil s’échapper sous son pouce lors des premiers rushs rageur d’un poisson extrait en force de son antre immergée est un plaisir unique, propre à ce type de matériel.





Les avantages du moulinet casting pour pêcher le silure


Dès lors que l’on pratique avec une stratégie dite « power fishing » nécessitant de très nombreux lancés, l’ensemble casting apporte un confort de pêche supérieur à du matériel spinning. La légèreté de l’ensemble, l’ergonomie de la prise en main du moulinet, l’aide de la gâchette de débrayage sont autant d’avantages qui permettent de se fatiguer moins vite et de pêcher efficacement plus longtemps. Toujours dans la même veine, le maniement de certain type de leurres à récupération canne basse (comme les crankbaits) est également beaucoup plus agréable sur un matériel casting. Sans atteindre la démesure des big-baits chers aux traqueurs de brochets spécimens, la pêche du silure requiert dans certaines situations l’emploi de leurres aux masses et volumes d’eau déplacés relativement conséquents. Le confort du maniement et de l’animation de ce type de leurre reste supérieur avec un ensemble casting comparativement au spinning. De même, la position du moulin au-dessus de la canne sera beaucoup moins incommodante en float tube qu’un moulin spinning qui lui, placé au-dessous de la main, sera nettement moins ergonomique. Passée la différence morphologique entre spinning et casting, le lancer est peut-être LA différence majeure entre ces deux techniques. Si la longueur de jet plaide indéniablement en faveur de l’approche spinning, la précision, la discrétion, et la rapidité d’exécution abonde dans le sens du casting. En effet, la possibilité de contrôler très précisément la sortie du fil par simple pression du pouce permet d’ajuster et de réguler ses longueurs de lancés. La technique spécifique dite du « pitching » permet de déposer, toujours sous contrôle du pouce, des leurres même volumineux avec une extrême discrétion au plus près des moustaches des silures. De plus, sur le moulin casting au moment du lancer, pas de pick-up à relever ni ne bannière à bloquer avec l’index. Le débrayage du frein et le maintien de la bobine se font par un simple mouvement du pouce qui permet une plus grande rapidité d’exécution. Concrètement, pour une même distance et un même temps de pêche (et à niveau d’expertise équivalente !), l’utilisation d’un matériel casting permet de réaliser un plus grand nombre de lancers qu’un moulin spinning. Le leurre étant plus souvent dans l’eau, la probabilité (toutes choses égales par ailleurs) d’une touche augmente mathématiquement. Une autre particularité d’un moulin casting est celle de permettre un contact rectiligne avec le leurre, au contraire du moulin spinning qui, lui, forme un angle entre la sortie du pick-up et le premier anneau de la canne. Cette différence d’architecture offre d’avantage de sensibilité notamment dans la détection des touches fines. Par exemple lors des gobages déclenchées par de grands relâchés dont raffolent les glanes postés dans les arbres noyés et qui aspirent le leurre sans se déplacer d’un timide petit mouvement de gueule.



Un matériel adapté à la pêche du silure
La légèreté représentant l’une des qualités recherchées dans l’utilisation des ensembles casting, il est de loin préférable d’utiliser des moulins dit « bas profil » (plat, low profil) comparativement aux moulins dit « haut profil » (high profil) plus lourds et plus encombrants. Ceux-ci sont néanmoins très bons pour la traque de nos chers moustachus, je pense notamment à la série des Ambassadeurs C3 C4 et C6 (Abu Garcia) ou bien encore au Calcutta DC (Shimano). Pour la pêche du silure en casting, tous les moulins d’entrée de gamme sont à déconseiller eu égard à leur frein vraiment trop faible, à la robustesse des matériaux de fabrication inadaptée à la puissance des silures et aux capacités d’ajustement des freins de lancés trop lacunaire. Nous touchons ici du doigt ce qui peut être le plus gros frein à la démocratisation d’une approche casting pour la pêche du silure, à savoir son aspect onéreux. En effet, un bon moulin casting pour le silure a un prix, et les références en « bas profil » sont pour moi le Curado (Shimano) et la série des Revo Toro dont le Revo Toro Winch notamment (Abu Garcia). Soulignons ici une très jolie nouveauté 2013, le Revo Toro NACL (Abu Garcia), qui vient apporter une réponse technique à tous les siluristes rebutés par le trop faible ratio de récupération des moulins casting.
Néanmoins d’autres moulins moins onéreux font également très bien l’affaire comme le Caenan ou le Citica (Shimano) car nous aurons toujours la possibilité de combler un manque de frein de combat par une pression additionnelle du pouce qui représente également l’un des plaisirs de la pratique en casting. Les cannes casting « spécifiques » silures ne sont pas très attrayantes. A la recherche d’une certaine finesse et de légèreté avec cette approche, le côté trop massif et grossier de leur blank et de leur poignée rebutent pour la plupart des modèles dès leur prise en main en magasin. J’utilise actuellement une Stingray XH+ (Sakura). D’action progressive, sa réserve de puissance permet de lutter sans broncher avec les beaux spécimens. Ce blank est également idéal pour arracher les poissons tanqués dans le cover dense. Néanmoins, le choix d’une canne reste très personnel et propre au feeling de chaque pêcheur. Les traits généraux sont une canne comprise entre 190 et 220 cm de long pour une plage de puissance comprise entre 30 et 150 grammes (XH, XXH, XH+). Les cannes spécifiquement adressées pour la pêche aux big baits et aux pêches exotiques semblent les plus agréables pour la traque du silure. Dans le très haut de gamme, il va sans dire que se lancer à la recherche de silures en casting armé d’une Goliath casting, ou d’une Injection XH (Tenryu) est un must. L’Ashura Delivrance XH (Illex), notamment la version Monster Jerk, est également un régal pour la traque du silure au leurre en power fishing. Je reste un aficionado de la tresse pour la pêche au leurre. Afin de pêcher sereinement il convient de s’orienter sur un corps de ligne de 28 à 36 centièmes, terminé par un bon mètre de bas de ligne en fluorocarbone 75 à 90 centièmes. Avec cette pratique, il n’est pas rare que le bas de ligne frotte sur nombres d’obstacles qui pourraient être fatal à la tresse, le bas de ligne n’est donc pas à négliger.


Les leurres pour pêcher le silure
Pour pêcher les bordures chargées de végétation, les Fenix (Orka) en 16 cm sur des têtes plombées sabot ou football de 10 à 30 grammes armées en 5/0 font des merveilles. Avec sa poche dorsale propice à recevoir une grande quantité de crème attractante, ce leurre offre tout un panel de montages dont un particulièrement intéressant permettant (sans avoir recours à un hameçon texan) de dissimuler totalement l’armement dans la poche dorsal. C’est un montage parfaitement adapté pour se faufiler sans accrocher dans les endroits les plus encombrés, notamment les structures de bois noyés dont les silures raffolent. Bien entendu, chaque touche se devra d’être sanctionnée d’un ferrage un peu plus virulent qu’avec des leurres à armements dégagés. L’utilisation d’un grand worm bardé de skirts (Orka) et utilisé en weightless est également un « must ». Planés très lents et gros volumes font de ce pattern un aimant à silure. Le Chabot 11cm (Orka) est un leurre par opposition très compact qui s’envoie particulièrement bien sous les bordures creuses et au plus profond des pierriers. Je suis également un grand fan des crankbaits lorsque la végétation fait place à de l’empierrement ou du bois peu dense. Mes préférences se portent sur le Hi Dep Crank 65 et 88, coloris bones et firetiger (River2sea), le D&S crank (Sebile) avec son ingénieux système de gros simple mobile et le Acast Minnow Medium Lip (Sebile). N’oubliez pas de changer les triples et les anneaux brisés des modèles les plus petits, tout en veillant à conserver l’équilibre du leurre. D’autres leurres à très fortes vibrations font également parti de notre sélection de base comme le Flatt Shad 124 ou le Vibrato (Sebile). De plus, il est de bon ton de garder toujours à portée de main ces leurres anciens que sont les cuillères tournantes (Giant Marabou, Musky Killer de Mepps) et ondulantes (Syclop argent/rouge de Mepps, Onduspoon de Sebile, ou Athena de CatSpirit) qui n’ont plus besoin de démontrer leur efficacité.



Conclusion
Cette stratégie n’est à réserver qu’exclusivement à la pêche en bateau ou float-tube. Dès que l’on passe sur une traque du silure au leurre du bord, le casting ne répond plus à mes attentes, les cannes étant trop courtes et sans poignée de combat, les moulins de contenances insuffisantes, les distances de lancés trop courtes … Bref du bord en grande rivière, le matériel casting ne répond pas à notre cahier des charges pour une prospection idéale à la recherche des silures. Indéniablement, un petit apprentissage technique est à réaliser avec le matériel casting pour les non-initiés. Apprendre à connaître et à régler les trois freins de son moulin, puis maîtriser les lancés, notamment le pitching qui représente au moins les deux tiers de mes lancés. Comme les leurres utilisés ont une masse conséquente, l’apprentissage est rapide. La pratique du power fishing en casting pour traquer spécifiquement le silure est peu répandu et les poissons semblent moins éduqués (pour le moment) à cette approche discrète. Les périodes à privilégier sont les journées chaudes d’été et du tout début de l’automne. Le casting n’est pas à opposer au spinning. Toutes tentatives de comparaison directe du genre « le casting est-il plus efficace que le spinning » est un raisonnement stérile. C’est un peu comme se demander si pour manger, le couteau est plus efficace que la fourchette. Les deux sont complémentaires et remplissent des missions différentes. Ce qui est sûr, c’est que maîtriser les deux techniques et savoir utiliser l’une ou l’autre sans a priori en fonction des conditions de pêche est un atout très précieux qui peut faire la différence au cours d’une session. Alors n’hésitez pas à tenter l’aventure, le jeu en vaut la chandelle !

  • Rejoignez vous aussi la conversation sur Hellocoton !

Vous avez été nombreux à témoigner du soutien en retour de l’article publié il y a quelques jours au sujet de l’engagement des lecteurs du magazine. Certains commentaires très constructifs demandent à eux seul une réponse apportant un peu de clarté sur les coulisses des magazines et autres projets isssus du web.

Comment et pourquoi aider les projets du web ?
Il est nécessaire de participer à la sortie de chaque nouvel épisode et nouveau numéro provenant des projets internet. Ils ont besoin de vous pour se faire connaître... Lire la suite » puisqu’ils ne sont pas présents en kiosque, alors sans vous, c’est l’anonymat qui les attendra. Sans un grand nombre de lecteurs, bien au delà de ce que pourrait faire un magazine papier d’ailleurs, les annonceurs ne suivront pas, ce qui signera la fin de l’aventure tôt ou tard lorsque les initiateurs du projet auront usé de toute la motivation qu’ils pouvaient avoir. Voilà pourquoi les projets tels que 1Max2Peche, Peche TV, Culture Fish ou encore Fish Me pour ne citer qu’eux, ont besoin de votre soutien à chaque sortie. Le plus rapide pour le lecteur est le réseau social comme Facebook notamment en partageant l’information à vos amis et aux groupes auxquels vous participez. Mais cela peut être également en partageant un petit mot sur votre forum favoris, en allant déposer une publicité chez votre détaillant préféré ou encore en discutant auprès des pêcheurs que vous rencontrez. C’est l’ensemble de ces petits gestes qui feront grossir ces projets, et qui vous apporteront alors une alternative à la presse papier et la presse payante.

Pourquoi l’implication du lecteur est la seule manière de faire vivre un projet sur le web ? Il suffit de lire la suite qui vous donne quelques indications.

Obligation du gratuit
Le monde de l’internet est un monde où le gratuit est majoritaire. Même quand les contenus sont payants, ils finissent pas devenir gratuit de manière plus ou moins illégale : peer to peer, streaming, autant d’exemples qui transforment le contenu payant en contenu gratuit sur la toile. Avoir un projet halieutique sur le web passera forcément par du gratuit, c’est mathématique ! Le marché de la presse halieutique en français doit s’étaler sur 2 à 3 millions de personnes seulement, ce qui est bien trop peu pour trouver un financement auprès des personnes prêtes à mettre la main à la poche sous forme de dons ou d’abonnement. Cela représente un trop faible pourcentage et donc pas assez de revenus pour soutenir des projets ambitieux qui demande des sommes conséquentes.

Les annonceurs sont les principaux financeurs
Le modèle économique de la presse halieutique papier a changé ces dernières années. La crise aidant, de nombreux magazines se sont arrêtés, les autres survivent tant bien que mal, surtout les magazines spécialisés en eau douce, quand seulement une poignée arrivent à tirer leur épingle du jeu par un travail de qualité. C’est la publicité qui tient les magazines et si les marques décidaient conjointement de réduire leur budget pub de moitié, il ne resterait pas un seul magazine en kiosque, sachez-le ! Les marques tiennent donc la presse halieutique à bout de bras depuis que les ventes ne sont plus assez importantes pour combler les frais engendrés par l’élaboration d’un magazine. C’est certain qu’il ne faut pas s’étonner à voir les marques chouchoutées dans les colonnes quand ce sont elles qui font vivre le magazine ! Qu’il soit papier ou numérique, un magazine nécessite du temps, du travail et plusieurs dizaines voir centaines de milliers d’euros à l’année à fabriquer et distribuer. Ni les ventes ou les dons ne sont capables d’absorber de telles sommes, il n’y a aujourd’hui pas d’autres choix que de financer un projet par les annonceurs.

Solution Site Web?
La solution serait donc alors de ne faire qu’un site web pour ne pas engager trop de frais et profiter des régies publicitaires pour se faire de l’argent. Si certains se lancent encore dans l’aventure la fleur au fusil, il faut savoir que Google a cassé le marché avec sa régie publicitaire. Le prix moyen est de 30 cents le clic sur une publicité chez Google, somme dérisoire. Sachant que le taux de clics sur une publicité est d’environ 0,2%, il faut un très grand nombre de connexions pour que cela devienne rentable. Mais qui dit grand nombre de connexions dit gros serveurs et donc des frais à peine couverts par cette régie publicitaire. La solution serait alors de mixer cette offre avec de la publicité d’annonceurs, mais sachant qu’ils paient 30 cents le clic chez Google, ne vous attendez pas à les faire payer 2€ ! Il est possible de gagner environ 150€ par mois pour un site à très gros trafic, mais compte tenu du temps qu’il vous faudra pour vous en occuper et l’alimenter, vous allez être vraiment très loin de vos espérances.

L’avantage du papier
L’avantage du papier, c’est son réseau de distribution qui fait automatiquement connaître un magazine aux yeux des lecteurs. Celui qui consomme du magazine verra rapidement l’arrivé d’un nouveau magazine. A l’inverse, sur le web, les nouveaux projets sont noyés dans la masse, et peuvent très bien passer inaperçus aux yeux du grand public! Un avantage indéniable pour le papier, un frein énorme pour internet mais un site reconnu et bien référencé par Google sera également un avantage. Moralité : il faut serrer les dents le temps que Google référence le site internet, et pour cela, il faut compter 2 ans pour avoir une vision globale et des chiffres stables.

Pour faire vivre un projet, il faut donc l’appui des annonceurs. Et pour bénéficier de l’appui des annonceurs, il faut des chiffres 5, 10, 20, 30 fois supérieur aux chiffres de vente de la presse papier pour les décider. Voilà pourquoi l’aide des lecteurs quant à la publicité faite à un projet est une étape essentielle et primordiale de sa réussite.

  • Rejoignez vous aussi la conversation sur Hellocoton !

Le bar, de plus en plus recherché sur nos côtes, est sans doute le prédateur marin le plus déconcertant en matière de comportement. Si sa traque aux leurres est tout à fait passionnante, la réussite est souvent liée aux couleurs et aux nuances de tonalités qu’il faudra utiliser au bon endroit au bon moment. Le bar est beaucoup plus sensible aux couleurs qu’il n’y paraît au premier abord ! Voici quelques conseils pour réussir…
Tous les pêcheurs ont un avis sur la couleur des leurres à utiliser dans certaines circonstances,... Lire la suite » mais quelques notions sur la vision du bar sont d’un grand intérêt pour la recherche de ce prédateur atypique. Le bar possède des yeux riches en pigments rétiniens, qui lui permettent de bien voir même par faible luminosité. Les scientifiques ont longtemps pensé que les bars voyaient le monde en noir et blanc. Après des années d’études et de tests, nous savons maintenant qu’ils voient, eux aussi, le monde en couleurs. Cependant, certains prétendent qu’ils ne perçoivent pas le rouge. Ils seraient comme les daltoniens, plus sensibles à une palette de couleurs qui varie essentiellement du bleu au vert. Cela n’explique pas pourquoi les coloris fluorescents sont efficaces en eaux sales et pourquoi certains leurres et couleur comme le shad « Motor oil » (DAM), un mélange de rouge pailleté à dos noir, peut prendre poisson sur poisson dans certaines conditions lumineuses. Sans doute la luminosité du leurre intervient-elle autant que son coloris de base. Les bars possèdent des rétines qui comptent beaucoup plus de bâtonnets (cellules sensibles à la lumière) que de cônes (cellules détectant les couleurs). Leurs yeux peuvent ainsi capter la moindre parcelle de lumière, ce qui leur donne une excellente vision nocturne. Les pêcheurs doivent garder à l’esprit que notre vision et celle du bar n’ont que peu de points communs. Autre facteur de distorsion et non des moindres, nous ne vivons pas dans le même milieu et l’élément liquide influe largement sur la perception des couleurs ! Les scientifiques parlent « d’une perte des couleurs sous l’eau qui est due à l’absorption sélective ». En effet la lumière blanche est composée d’un spectre de couleurs : violet, bleu, vert, jaune, orange, rouge (rangées dans l’ordre des longueurs d’onde de plus en plus élevées). Sous l’eau il y a une perte rapide de l’intensité lumineuse qui dépend de la longueur d’onde de chaque composant. Ce phénomène s’appelle l’absorption sélective et il est dû aux déformations des molécules de l’eau par l’absorption de la lumière. L’absorption est plus forte aux longueurs d’onde élevées, les valeurs exactes dépendant de la transparence de l’eau (sédiment, plancton…). Le rouge, le plus affecté, est réduit à 1/3 de son intensité après un mètre et essentiellement perdu après un trajet de 4 à 5 mètres sous l’eau. Pour la lumière du soleil, la distance parcourue est généralement liée à la profondeur du spot de pêche ! Mais la lumière solaire n’est pas restituée dans son intégralité lors du passage sous la surface, elle subit des modifications. Le pêcheur de bar au leurre doit intégrer que dans un milieu homogène, la lumière se propage en ligne droite, à une certaine vitesse qui dépend de la nature du milieu. Le passage du rayon lumineux d’un milieu à l’autre provoque un changement de sa vitesse de propagation qui se traduit par un changement de direction : un piquet de parc à huîtres apparaît brisé quand on le regarde depuis la surface. Tous les pêcheurs ont remarqué ce phénomène. Les rayons lumineux qui franchissent la surface ne parviennent pas en profondeur, nous connaissons bien le noir ou bleu profond des abysses. La turbidité de l’eau altère également la transmission de la lumière : les rayons s’entrechoquent sur les particules en suspension, créant un effet de « phare dans le brouillard » qui réduit encore l’acuité visuelle. Concernant les couleurs, le spectre visible est amputé par absorption dans l’eau ; les longueurs d’onde les plus courtes (rouge, orange) sont rapidement absorbées. Le minimum d’absorption se situant dans le bleu, l’environnement devient de plus en plus bleu avec la profondeur, pour finalement atteindre le noir. La turbidité de l’eau intervient également fortement. Une eau trouble dans l’estuaire des grands fleuves par exemple, apparaîtra plutôt verte alors qu’une eau limpide semblera plus bleue à nos yeux de pêcheur.

  • Rejoignez vous aussi la conversation sur Hellocoton !

Chasse, pêche, nature et… champignons!
Voilà le nom du prochain, et nouveau, salon qui va se dérouler du 5 au 7 septembre à Metz. Le nom n’est pas sans rappeler un partie politique qui avait fait quelques émules il y a une dizaine d’années, avec un programme « spéciale ». Petit clin d’œil peut être, il faut avouer que le titre sonne bien et les passionnés de nature vont se régaler!

Organisé par Metz Expo Événements et les fédérations de Chasse et de Pêche de Moselle, le salon Chasse, Pêche, Nature et Champignons... Lire la suite » rassemblera les principaux acteurs de ces filières. Durant 3 jours, les visiteurs pourront acquérir de nouveaux équipements, bénéficier de conseils personnalisés et profiter de nombreuses animations.

TEMPS FORTS ET ANIMATIONS
• Conférences et expositions photos
• Présence de spécialistes de pêche
• Démonstrations culinaires de poissons d’eau douce
• Pôle pêche à la mouche
• Simulateur de pêche
• Ateliers de montage de mouches artificielles
• Animations enfants

EXPOSANTS
• Associations – Institutions – Fédérations
• Grandes marques nationales
• Commerces spécialisés
• Distributeurs et matériel pour tous types de pêche
• Bateaux et véhicules
• Voyagistes
• Vêtements
• Acteurs de l’environnement
• Artistes animaliers

INFORMATIONS PRATIQUES :
Horaires d’ouverture :
• Vendredi 5 de 14h à 22h
• Samedi 6 et Dimanche 7 de 10h à 18h Tarifs :
• 7€
• Entrée premium 25€

  • Rejoignez vous aussi la conversation sur Hellocoton !

Le sponsoring dans la pêche

Voilà la suite du premier article qui expliquait comment devenir un pêcheur sponsorisé, cette fois c’est côté coulisses que cela se passe, histoire que vous sachiez où vous mettez les pieds. Il existe plusieurs formes de sponsoring et de partenariats et les conditions sont loin d’être les mêmes pour tout le monde. Et peu importe la forme de partenariat que vous avez, il vous engage bien souvent à des obligations qui sont très contraignantes : les démonstrations sur les salons ! Faire un salon... Lire la suite » c’est marrant, en faire 10 ou plus, c’est éreintant ! Les mois de janvier et février, apprêtez-vous à prendre la route régulièrement et à passer vos week end à faire des démonstrations sur les salons, plus ou moins grands et plus ou moins loin. Ce n’est pas facile, c’est éprouvant, usant et c’est dangereux de prendre les routes à cette période de l’année et le jeu n’en vaut pas forcément la chandelle. Mais lorsque l’on reçoit une dotation, il faut savoir répondre présent et être loyal envers son partenaire. Voilà un petit tour d’horizon des différents types de sponsoring et de partenariats.







Le partenariat technique : le top!
Pour commencer, voilà le meilleur et certainement le plus intéressant des partenariats, mais certainement le plus difficile à avoir : le partenariat technique. Vous allez pouvoir tester les nouveaux produits avant tout le monde et il vous sera demandé de faire un retour technique sur le produit. Ce retour technique servira à corriger d’éventuels défauts de fabrication/conception, c’est tout de même très rare, mais il servira aussi, et surtout, au discours commercial des prochaines campagnes de publicité et au catalogue. En général, ce sont des pêcheurs de talents, reconnus pour leur technicité, qui sont capables de réaliser ce partenariat technique : leurres, cannes, moulinets et autres matériel. C’est très intéressant, mais vous oblige à aller pêcher avec la contrainte d’essayer sérieusement du matériel et ce n’est pas toujours drôle de pêcher avec cette contrainte.



Le partenariat professionnel : pour les pros seulement
Ce type de partenariat se pratique beaucoup avec les guides de pêche. Les accords peuvent varier de l’un à l’autre et l’idée générale est de fournir du matériel de qualité aux guides de pêche qui vont ensuite être mis dans les mains de nombreux pêcheurs. Avec les conseils du guide de pêche, on finit très souvent par déclencher l’achat ou du moins de former un avis positif sur la marque. C’est un partenariat gagnant/gagnant qui vient en plus des différents types de partenariats évoqués dans cet article.



Le partenariat soumis à la visibilité : attention au pire!
C’est sur cette forme de partenariat que l’article précédent sur le sponsoring se basait et il y a de grandes chances pour que ce soit ce qui vous sera proposé. Tout ce qui a de la visibilité intéresse les marques, et un pêcheur bien visible intéressera certainement les marques tôt ou tard. Certaines formes plus ou moins évoluées apparaissent comme l’envoi de matériel et vêtements, allant jusqu’à la fourniture plus complète de matériel. Plus les envois de matériel sont nombreux, plus les retours demandés sont exigeants, ne croyez pas que les marques donnent en fermant les yeux. Certaines marques ont mis en place des systèmes de points, qui sont gagnés en publiant des articles dans les revues, sur les blogs, etc… Chaque point vous permet de profiter du matériel. D’autres marques, une marque anglaise de la pêche de la carpe notamment, exercent de vraies pressions sur leurs pêcheurs sponsorisés pour qu’ils apparaissent sur toutes les revues, leur imposant une vraie présence médiatique très régulière. Ce système de marketing est très difficile à gérer et peu agréable pour le pêcheur, qui n’est qu’un homme sandwich. Une autre marque propose également des contrats en fonction de la notoriété du pêcheur, et lui donne accès à une dotation annuelle : contrat bronze, contrat argent et contrat or par exemple, leur permettant de choisir le matériel de leur choix dans le catalogue, sans forcément demander une contrepartie. Ces partenariats se font avec des pêcheurs déjà connus, donc pas de pressions et peu de surprises quant à la médiatisation de ces personnes. C’est une forme qui semble naturelle et qui porte bien son nom de partenariat.



Le partenariat sous forme de remises : attention aux arnaques
Il est difficile de parler encore de sponsoring, mais ce type de partenariat se développe de plus en plus. C’est un arrangement entre le fabricant et le pêcheur, l’un profitant de la visibilité et l’autre profitant de tarifs réduits en contrepartie. Bien souvent ces partenariats se font entre bons pêcheurs reconnus sur le plan local (quoique) et petites marques qui n’ont pas les moyens pour se payer des opérations marketing ou du vrai sponsoring. Mais attention, cela peut vite devenir une « arnaque » quand les tarifs sont trop hauts. La logique des choses voudrait que le fabricant vende à prix coutant, mais certains profitent de ce système pour vendre au prix «magasin », ce qui fait qu’ils se font la même marge que s’ils vendaient à un magasin ! Quand la remise n’est pas supérieure à 30% ou 40% qui correspondent à la marge moyenne d’un magasin, il faut commencer à se poser quelques questions sur le bien-fondé de ce type de partenariat.





Les partenariats et les contrats de sponsoring sont très variés, certaines forment semblent intéressantes mais réservés à seulement quelques privilégiés alors que d’autres formes peuvent tourner au cauchemar. Alors, toujours envie d’être sponsorisé ?

  • Rejoignez vous aussi la conversation sur Hellocoton !

Un pêcheur mordu par un piranha dans les Vosges!
C’est à peine croyable, c’est dans les Vosges que s’est produit une histoire de pêche invraisemblable, à Saint-Dié-des-Vosges plus précisément, quelques mois après le Pacu en Seine! Un pêcheur s’est fait mordre le doigt par un piranha qu’il venait de prendre alors qu’il voulait le décrocher. Heureusement pour lui, plus de peur que de mal mais vu la dentition de l’animal, cela aurait pu être plus délicat. Le piranha a besoin d’une eau d’environ 20°c, ce qui est loin... Lire la suite » d’être le cas actuellement, encore moins dans les Vosges! C’est donc très certainement un particulier qui s’est séparé de son poisson en le relâchant dans l’étang, le poisson étant condamné à ne pas passer l’hiver. Là, il a fini dans le congélateur du garde pêche présent sur place pour être bien identifié comme tel puisque de nombreuses personnes ont cru à un canular!

  • Rejoignez vous aussi la conversation sur Hellocoton !

Gagnez un Tour du Monde avec Sephora

Gagnez un Tour du Monde avec Sephora

Gagnez un tour du monde pour deux avec Sephora ainsi que des panoplies beauté pour l’été d’une valeur de 153.20 euros TTC. Participants : France. Fin du jeu : 21 aout 2012 Les lots : ARTICLE 4. DOTATIONS Le jeu est composé... Lire la suite ›

  • Rejoignez vous aussi la conversation sur Hellocoton !

Gagnez 75 coffrets bio

Gagnez 75 coffrets bio

75 coffrets bio Fleurance Nature à gagner, valeur 122.70 € 75 lots contenant chacun : 7 produits : l’huile sèche sublimante, le soin anti-âge, le soin des mains, le coffret de gelée royale pure, la valériane aubépine... Lire la suite ›

  • Rejoignez vous aussi la conversation sur Hellocoton !

Gagnez une Fiat 500

Gagnez une Fiat 500

Gagnez une Fiat 500 ou la somme de 14 500 € Le prix se composera du lot suivant : une voiture modèle Fiat 500 TWINAIR 0.9 8v 85ch TwinAir S/S, le tout d’une valeur unitaire indicative de 14 500€ ou une somme de 14 500€ au... Lire la suite ›

  • Rejoignez vous aussi la conversation sur Hellocoton !

Gagner un an de loyer

Gagner un an de loyer

Gagnez un an de loyer avec Maison à Vendre, le jeu de M6 Participants : France. Fin du jeu : 18 septembre 2012. Lire la suite ›

  • MellePlus

    MellePlus Merci d'avoir partagé, c'est sympa :-) le 18 January 2012, 15:17

  • Lila Roze

    Lila Roze Ho, ce serait trop bien, ça ! :) le 18 January 2012, 20:27

  • Rejoignez vous aussi la conversation sur Hellocoton !

60 000 euros de cadeaux à gagner pour Noël

60 000 euros de cadeaux à gagner pour Noël

Jusqu’à 60 000 € de cadeaux à gagner au Quizz de Noël Vous pouvez jouer tous les jours jusqu’au 24 décembre Participants : France. Fin du jeu : 24 décembre 2011. Lire la suite ›

  • Rejoignez vous aussi la conversation sur Hellocoton !

Gagnez un voyage à New-York, 1 iPad, 1 Mac Book

Gagnez un voyage à New-York, 1 iPad, 1 Mac Book

Gagnez un voyage à New York et des cadeaux high-tech Participants : France. Fin du jeu : 30 décembre 2011. •Un pack high-tech d’une valeur totale de 3 002,89 € TTC (incluant les frais de livraison) comprenant : - Un iPad Noir... Lire la suite ›

  • Rejoignez vous aussi la conversation sur Hellocoton !

Concours de recettes Un Diner Presque Parfait

Concours de recettes Un Diner Presque Parfait

Concours de recettes Un Diner Presque Parfait Grand Frais organise un Grand Jeu Concours de cuisine amateur : Ma Recette Presque Parfaite en partenariat avec l’émission un dîner presque parfait. Tout le monde peut participer et... Lire la suite ›

  • Rejoignez vous aussi la conversation sur Hellocoton !

Gagnez une semaine à Las Vegas

Gagnez une semaine à Las Vegas

Gagnez un séjour à Las Vegas pour 2 personnes, vol AR compris Participants : France. Fin du jeu : 20 novembre 2011. Lire la suite ›

  • Rejoignez vous aussi la conversation sur Hellocoton !

Gagnez 3000 euros avec TF1

Gagnez 3000 euros avec TF1

Gagnez 3000 euros et des robots ménagers Cinq (5) robots ménagers Kitchenaid® d’une valeur commerciale unitaire de 500€ TTC. NB : KitchenAid® est une marque déposée en France. La forme du robot sur socle est une marque déposée... Lire la suite ›

  • Rejoignez vous aussi la conversation sur Hellocoton !

Les filles, je vous conseille de bien accueillir http://www.hellocoton.fr/mapage/sacilmeressemble qui fait de bien beaux sacs à mains :-)

  • Rejoignez vous aussi la conversation sur Hellocoton !

Gagnez un iPhone 4 + ensemble son

Gagnez un iPhone 4 + ensemble son

Gagnez un iPhone4 son Le prix se composera du lot suivant : 1 téléphone iPhone 4 16go, 1 casque Monster Beat Pro et 1 dock Zikmu de Parrot, le tout d’une valeur unitaire indicative de 2 230€. Participants : France. Fin du jeu :... Lire la suite ›

  • Rejoignez vous aussi la conversation sur Hellocoton !

Gagnez un séjour thalasso pour deux

Gagnez un séjour thalasso pour deux

Gagnez un séjour thalasso pour un couple + un bébé Prix mis en jeu : un séjour en thalassothérapie de 6 jours / 6 nuits à l’hôtel Thalazur Antibes, hôtel intégré Baie des Anges***en chambre double Provence en pension complète... Lire la suite ›

  • Rejoignez vous aussi la conversation sur Hellocoton !

Gagnez un WE shopping à Paris, un voyage au soleil, 3500 €, 1 Mac Book

Gagnez un WE shopping à Paris, un voyage au soleil, 3500 €, 1 Mac Book

Gagnez un WE shopping à Paris, un voyage au soleil, 3500 €, 1 Mac Book Participants : France. Fin du jeu : 31 octobre 2011. Lire la suite ›

  • Rejoignez vous aussi la conversation sur Hellocoton !

Gagnez 1000 euros

Gagnez 1000 euros

Gagnez 1000 euros avec Leroy Merlin 5 gagnants, soit 5000 € à gagner Participants : France. Fin du jeu : 31 décembre 2011. Lire la suite ›

  • Rejoignez vous aussi la conversation sur Hellocoton !