laMMquejaime

Coraline, Marseille

Blog : Un certain cinéma! dans TV Ciné

Passionnée de cinéma ancien, mais aussi nouveau, fan de photos vintage, de bains de mer et de... chocolat noir.

Zaza, d'Allan Dwan (1923) : un écrin coquin pour Gloria

Jolie découverte, par hasard, sur Youtube : alors que je cherchais un film avec Pauline Fredericks, le moteur de recherche a sorti comme occurence Zaza, avec Gloria Swanson. Rien à voir, d'autant plus que je croyais ce film perdu... Ni une, ni... Lire la suite ›

  • Rejoignez vous aussi la conversation sur Hellocoton !

Convoi de femmes, de William A. Wellman (1951) : de Chicago à la Californie pour trouver un mari

Un autre western peu connu, à l'instar de la Femme qui failli être lynchée : Convoi de femmes, film de série B au budget relativement modeste, mais produit par la MGM avec sa plus fameuse star masculine (hormi Clarki), Robert Taylor, rappelle... Lire la suite ›

  • Rejoignez vous aussi la conversation sur Hellocoton !

Vivre et aimer, de Clarence Brown (1934) : l'ascension sociale de Sadie McKee

Pour les paresseux et paresseuses, la filmographie de Joan Crawford se résume à un western sans intérêt, Johnny Guitare (mais où était donc passé le Nicholas Ray de Traquenard?) et au grotesque Qu'est-il arrivé à Baby Jane? aux côtés... Lire la suite ›

  • Rejoignez vous aussi la conversation sur Hellocoton !

la Scandaleuse de Berlin, de Billy Wilder (1948) : marivaudage dans une Allemagne en ruine

Peut-on faire un film léger dans un décor authentique de ville détruite, tourner une histoire d'amour au lendemain d'un conflit dramatique sur les lieux même où il se déroula? Grâce au génie de Billy Wilder la réponse est oui. Allemagne,... Lire la suite ›

  • Rejoignez vous aussi la conversation sur Hellocoton !

Gilda, de Charles Vidor (1946) : les plus fameux gants noirs du cinéma

Film-symbole de Rita Hayworth, qui y livre un strip-tease mémorable, Gilda est également un film noir de haute qualité. Et, quand on creuse un point le sujet, on y décelle ça et là des ambiguités bien peu propre à la morale hollywoodienne.... Lire la suite ›

  • Rejoignez vous aussi la conversation sur Hellocoton !

New York-Miami, de Frank Capra (1934) : l'amour au bout d'un voyage en bus

Ah, New York - Miami ! ou Miami - New York, car c'est bien dans ce sens que l'héritière capricieuse et le journaliste fauché voyagent. Premier film à avoir obtenu les cinq Academy Awards majeurs - meilleur film, meilleur réalisation, meilleur... Lire la suite ›

  • Rejoignez vous aussi la conversation sur Hellocoton !

Tout ce que le ciel permet, de Douglas Sirk (1955): une veuve et son jardinier

Dans une banlieue aisée américaine, au mitant des années 50. Cary Scott (Jane Wyman), veuve d'un certain âge, partage sa vie entre ses grands enfants déjà partis de la maison, les soirées du club de bienfaisance et l'entretien de son jardin.... Lire la suite ›

  • Rejoignez vous aussi la conversation sur Hellocoton !

Pas de printemps pour Marnie, d'Alfred Hitchcock (1964): la déséquilibrée frigide et les

Second film du gros Hitch avec Tippi Hendren, et leur dernier bon film à tous les deux, Pas de printemps pour Marnie est tiré d'un roman de Winston Graham, fort judicieusement réédité par les éditions Omnibus. Très représentaif des... Lire la suite ›

  • Rejoignez vous aussi la conversation sur Hellocoton !

Sept ans de réflexion, de Billy Wilder (1955): toutes voiles dehors!

Une robe d'été soulevée par le souffle d'un métro new-yorkais : scène symbole du Septième art s'il en est ! C'est au film Sept ans de réflexion qu'on la doit, et sans soute aussi, un peu à la malice de son réalisateur, Billy Wilder. L'image... Lire la suite ›

  • Rejoignez vous aussi la conversation sur Hellocoton !

Cliché du jour : Peggy Shannon

Un autre cas de mort violente et triste à Hollywood, la rousse Peggy Shannon (née Winona Sammon) remplace Clara Bow, victime d'une dépression nerveuse, au pied levé lors de la production de The Secret Call (1931). Peggy y gagne une publicité... Lire la suite ›

  • Rejoignez vous aussi la conversation sur Hellocoton !

Arrêt d'autobus, de Joshua Logan (1956): une danseuse et un cow-boy

Premier "vrai" rôle dramatique d'une Marilyn Monroe alors au sommet de sa gloire, Arrêt d'autobus est tiré d'une pièce un peu poussive, devenu, sous la houlette de Joshua Logan, réalisateur un peu oublié aujourd'hui, un film plaisant, mais... Lire la suite ›

  • Rejoignez vous aussi la conversation sur Hellocoton !

Mirage de la vie (Imitation of Life), de Douglas Sirk (1959): les mères et leurs filles (bis)

Le plus flamboyant mélodrame jamais tourné par Douglas Sirk, le maître du genre, Mirage de la vie reste, près de soixante ans après sa réalisation, d'une étonnante actualité : relations mères-filles, ségrégation raciale, ambition... Lire la suite ›

  • Rejoignez vous aussi la conversation sur Hellocoton !

En cas de malheur, de Claude Autant-Lara (1958): la France s'ennuie, le cinéma aussi

Le cinéma français des années 50, contrairement au cinéma américain, me reste étranger. Les scenarii, la façon de filmer, les sujets, tout y est déjà démodé. Même les jeunes personnages sont vieux. Sans doute, ainsi que nous l'avions... Lire la suite ›

  • Rejoignez vous aussi la conversation sur Hellocoton !

le Coup de foudre, de Clarence Bagder (1927):

Les films muets de Clara Bow sont aussi difficiles à trouver que ceux, de la même époque, de Gary Cooper ou de Norma Shearer. Après avoir attendu en vain une rétrospective à la Cinémathèque ou au Cinéma de minuit, je me suis résignée à... Lire la suite ›

  • Rejoignez vous aussi la conversation sur Hellocoton !

le Dernier tournant, de Pierre Chenal (1939): James M. Cain dans les Alpilles

Première adaptation du Facteur sonne toujours deux fois, fameux roman policier de James M. Cain, le Dernier tournant reste sa version la plus méconnue. Elle n'en n'est pas moins d'une extraordinaire modernité. Le scénario est fidèle au livre,... Lire la suite ›

  • Rejoignez vous aussi la conversation sur Hellocoton !

le Samouraï, de Jean-Pierre Melville (1967): illustration de la solitude

Un homme, seul, dans un appartement sommairement meublé. Un oiseau en cage chante. Les teintes sont grises - comme les murs et le temps - et bleues - comme la robe de l'oiseau et les yeux de l'homme. C'est l'antre de Jef Costello, tueur à gages... Lire la suite ›

  • Rejoignez vous aussi la conversation sur Hellocoton !

Falbalas, de Jacques Becker (1945): un couturier meurt d'amour

Film très rarement diffusé, j'ai eu la chance de voir Falbalas un soir un 23h sur Arte, lors d'un cycle Jacques Becker (concommittant avec celui que lui consacre la Cinémathèque). Falbalas, comme son nom l'indique, a pour cadre une maison de... Lire la suite ›

  • Je peux aider par un prêt. Faites vos demandes de crédit et obtenez vites satisfaction. Email; yvette_brousse_fp@outlook.fr le 21 April 2017, 03:53

  • Rejoignez vous aussi la conversation sur Hellocoton !

Cliché du jour: Constance Bennett

Star élégantissime des années 30, Constance Bennett est LA comédienne de la comédie américaine naissante, celle du début des années 30. Miss Bennett, enfant de la balle, débute sans grand succès à l'ère du muet pour mieux s'imposer au... Lire la suite ›

  • Rejoignez vous aussi la conversation sur Hellocoton !

Cliché du jour: Jennifer Jones

La très gracieuse Jennfier Jones à l'aube de sa carrière naissante... elle débute au cinéma en compagnie de son premier époux, Robert Walker, et tape très vite dans l'oeil du producteur David O. Selznick. Avec un visage longtemps enfantin,... Lire la suite ›

  • Rejoignez vous aussi la conversation sur Hellocoton !

les Dix commandements, de Cecil B. DeMille (1956): Dieu est descendu sur le monde

Lorsqu'on regarde les Dix commandements à dix ans, on est émerveillé par la mer Rouge se séparant en deux. Quand on le regarde à 18 ans, on est saisi par les costumes, les décors, la beauté de José Derek et les abdominaux de Yul Brynner (un... Lire la suite ›

  • Rejoignez vous aussi la conversation sur Hellocoton !