Rosalye

Rosalie, Vallespir

Blog : Rosalye dans Humeurs

Bonjour à vous Un peu d humeur, L humeur du jour Bonne ou mauvaise je depose Bien à vous

« Être serein, c’est reposer en son cœur profond. Souvent, nous nous laissons arracher à ce centre de notre être : nous nous irritons pour de petites choses sans importance, nous sommes distraits, tout occupés des autres, et nous les laissons nous déterminer.

Être serein, c’est aussi regarder les autres, sans les juger, les laisser être tels qu’ils sont, et même se réjouir de leur différence. Ce point d’ancrage, en nous, permet de rester nous-mêmes, de ne pas céder aux pressions, ni d’être tiraillés par les avis,... Lire la suite » les attentes et les jugements d’autrui. »

Anselm Grün


https://motdujourcoopbelsud.blogspot.com/2019/0...

  • Rejoignez vous aussi la conversation sur Hellocoton !

Les 5 blessures qui empêchent d’être soi-même

Lise Bourbeau est l’auteure canadienne du best-seller Écoute ton corps, dont le premier tome s’est vendu à plus de 300 000 exemplaires. Dans Les 5 blessures qui empêchent d’être soi-même, elle nous apprend à affronter nos fêlures intimes, à les reconnaître, pour mieux nous en débarrasser.
Elsa Rouden



https://www.femina.fr/article/les-5-blessures-q...

  • Rejoignez vous aussi la conversation sur Hellocoton !

Blessure n° 5 : l’injustice
Le problème de celui qui est sensible à l’injustice

« Une personne qui souffre d’injustice est celle qui ne se sent pas appréciée à sa juste valeur, qui ne se sent pas respectée ou qui ne croit pas recevoir ce qu’elle mérite » (soit trop, soit pas assez).
Le masque qu’il se met

Ici, le masque est la RIGIDITE : les rigides se font croire à eux-mêmes et aux autres que rien ne les touche, ce qui les fait paraître très froids.
Sa relation avec ses parents

Cela vient souvent d’ un problème... Lire la suite » avec le parent du même sexe : le rigide pense que ce parent est trop froid avec lui, trop intolérant, sévère, conformiste, qu’il ne reçoit pas l’amour qu’il mérite. Cela peut donner une relation superficielle, polie, avec celui-ci.
Ses caractéristiques

Le rigide est plutôt envieux des autres ou a honte lorsqu’il estime recevoir plus que ce qu’il ne mérite. Il est obsédé par la notion de bien et de mal. Très optimiste, il prend les problèmes sous un bon jour, et ne demande de l’aide qu’en dernier recours. Le rigide cache ses émotions (par le rire, notamment). Il a une peur panique de se tromper. Il aime que le rangement soit – très – bien fait. Il oublie souvent de donner des marques d’affection à ceux qu’il aime.
La plus grande peur du fuyant

La plus grande peur du rigide est la froideur. Il croit qu’il est lui-même chaleureux, il fait des efforts pour l’être, mais beaucoup le disent froid. Et il ne peut se résoudre à accepter qu’on le voie ainsi car, alors, il se trouverait injuste.
Blessure n° 4 : la trahison
Le problème de celui qui s’est senti trahi

Ces personnes qui ont eu ou ont encore un fort complexe d’Œdipe. L’enfant sentait que son parent de sexe opposé, avec qui il entretenait une relation fusionnelle, avait particulièrement besoin de lui. Puis, ces liens se sont rompus, à cause de ce parent.
Le masque qu’il se met

Le masque de celui qui a subi la trahison est le CONTRÔLE.
Ses caractéristiques

Le contrôlant essaie de respecter son engagement au maximum, il essaie d’être fidèle en tout. Très exigeant avec lui-même, il aime le montrer aux autres et leur prouver qu’il est invincible. Il arrive toujours à l’heure, veut rendre les choses à temps voire en avance Le contrôlant a parfois l’intention de contrôler les autres aussi, pour s’assurer qu’ils ne le trahiront pas, qu’il peut leur faire confiance. Il a des opinions très tranchées, et cherche parfois à les imposer aux autres, il est peu tolérant. Il a tendance à comprendre plus vite que les autres et ne supporte pas que l’on mette du temps à expliquer quelque chose. Il n’a pas beaucoup de patience avec les autres. Le contrôlant cherche aussi à contrôler son futur, du coup il n’est jamais dans le moment présent. Et si les choses ne sont pas comme il l’avait prédit, il panique. Il a du mal avec la paresse et ne se repose qu’une fois la sensation du travail parfaitement fait accomplie. Il ne se confie pas beaucoup et déteste montrer ses faiblesses, car il a peur que les autres en profitent. Le contrôlant ne pardonne pas facilement. Très rancunier, il peut renier quelqu’un pour une petite faute.
La plus grande peur du contrôlant

Sa plus grande peur est « la dissociation », la séparation. Il a à la fois peur d’être trahi et de passer pour un traître. Les contrôlant ne s’attirent donc que des relations peu stables, sans engagement, pour ne pas avoir à connaître ces situations qui lui font peur. Paradoxalement, même si le contrôlant veut tout… contrôler, il a peur de s’engager, car un désengagement par la suite lui paraît inenvisageable. Il prend toute promesse comme quelque chose de très sérieux, d’immuable. Il préfère donc ne pas s’engager, plutôt que d’avoir un jour à rompre le pacte.

A lire aussi : Erreurs en amour : pourquoi on les répète ?
Blessure n° 3 : l’humiliation
Le problème de celui qui s’est senti humilié

La personne se sent humiliée par ses parents, elle est même honteuse de son propre comportement. Elle a ressenti un gros manque de liberté, comme si ses parents contrôlaient tout (son alimentation par exemple).
Le masque qu’il se met

Son masque est le MASOCHISME. La personne cherche à se faire du mal, à se faire honte à elle-même, avant que quelqu’un d’autre ne le fasse
Sa relation avec ses parents

Le masochiste cherche à tout prix à plaire au parent qui s’est occupé de son développement physique. Il veut avoir les mêmes désirs que lui, désire lui plaire ou, au moins, ne pas lui faire honte.
Ses caractéristiques

Le masochiste cherche tout le temps à aider les autres, jusqu’à se mettre dans des situations désagréables pour lui. Le masochiste a tellement peur de faire du mal aux autres qu’il est à l’affût de leurs humeurs et n’écoute même plus ses propres besoins. Il a tendance à trop rire de lui même, en se prenant pour cible. Celui qui a été blessé par l’humiliation se sent toujours coupable. Il a du mal à profiter des choses pleinement, culpabilise presque lorsqu’il est heureux. « Le sens du devoir est important pour les personnes masochistes ». Ces personnes ont souvent un problème avec le sexe qui leur paraît honteux, sale, dégoûtant.
La plus grande peur du masochiste

Sa plus grande peur est la liberté : il aurait peur de ne pas savoir la gérer tout seul, de faire des choses honteuses, alors il se crée inconsciemment des contraintes.
Blessure n° 2 : l’abandon
Le problème de celui qui s’est senti abandonné

La blessure de l’abandon est différente de celle du rejet. L’abandon, c’est lorsqu’on s’est senti délaissé pour quelqu’un ou quelque chose d’autre : une mère qui travaille trop, un père qui se focalise sur la cadet de la famille, …
Le masque qu’il se met

Pour se protéger, celui qui a peur de l’abandon met le masque de la DÉPENDANCE. Le dépendant a sans cesse besoin de soutien, il ne se sent pas complet s’il est seul.
Sa relation avec ses parents

La blessure de l’abandon est en rapport avec le parent de sexe opposé qui, aux yeux de l’abandonné, ne lui a donné aucune nourriture affective.
La crainte de l’abandon est parfois doublée d’une peur du rejet : on se sent aussi abandonné par le parent du sexe opposé parce qu’il ne fait rien contre le rejet du parent du même sexe.
Les mères dépendantes ont énormément besoin de leur enfant pour être heureuses, et elles ne manquent pas de le faire sentir à leur petit.
Ses caractéristiques

Le dépendant est le plus apte à devenir une victime, car il est prêt à se créer des problèmes simplement pour attirer l’attention sur lui. Il dramatise tout. Ses problèmes deviennent presque salvateurs pour lui, car ils lui permettent de trouver le soutien qu’il apprécie tant. Il peut sembler paresseux, alors qu’il a simplement du mal à se mettre au travail ou à faire des activités seul. Il demande beaucoup de conseils, mais ne les écoute pas forcément. Ce qui compte surtout pour lui, c’est de voir qu’il est soutenu, que les autres s’intéressent à son problème. Il est très attaché aux lieux, aux personnes, a du mal à ne pas être triste quand il part en vacances. Il a tendance à paraître chaleureux, aimable, pour que les autres ne l’abandonnent pas. La femme dépendante a un besoin important de se sentir désirée sexuellement : elle pense ainsi être plus importante aux yeux de son homme
La plus grande peur du dépendant

Sa plus grande peur est la solitude, et il est prêt à faire de nombreux sacrifices pour l’éviter, ce qui peut faire croire aux autres qu’il aime la souffrance. Ce type de personnes a souvent du mal à voir que son couple ne va pas bien, elle préfère se cacher la vérité.

A lire aussi : Ce qui se cache derrière nos choix amoureux
Blessure n° 1 : le rejet
Le problème de celui qui s’est senti rejeté

« La parent du même sexe

a pour rôle de nous apprendre à aimer, à nous aimer, et à donner de l’amour. Le parent du sexe opposé nous apprend à nous laisser aimer et à recevoir de l’amour ». Le rejeté a en général un problème avec le parent du même sexe que lui par qui il s’est senti rejeté. Le fuyant veut à tout prix avoir l’amour de ce parent et pourra aller jusqu’à le haïr, si celui-ci ne lui témoigne pas d’affection « C’est un grand amour déçu qui se transforme en haine »
Le masque qu’il se met

Le rejeté arbore le masque du FUYANT, développé pour répondre à cette sensation de rejet. Il va se construire un monde imaginaire, aura tendance à être ailleurs, à rêver. Paradoxalement, il cherche aussi à montrer qu’il existe, à sa manière : l’auteure parle du cas d’une petite fille qui, voulant s’assurer de l’amour de ses parents, s’était cachée dans une armoire, pour qu’ils s’inquiètent de sa disparition.
Sa relation avec ses parents

Avec le parent du sexe opposé, le fuyant a peur de se rejeter lui-même, il va donc faire des manières, ne pas être totalement lui-même, dans l’espoir de ne pas décevoir. Et s’il est rejeté par ce parent ou une autre personne de l’autre sexe, il pensera qu’il y est forcément pour quelque chose.
En général, le parent du même sexe a lui aussi été blessé du rejet. Il va donc fuir également et tenter de faire partir son enfant du domicile, ce qui accentuera le sentiment de rejet de la personne fuyante.
Ses caractéristiques

Le fuyant préfère ne pas s’attacher aux choses matérielles, qui l’empêcheraient de fuir à son goût. Or, le sexe est vécu par le fuyant comme quelque chose de très matériel, peu spirituel. Les fuyants vont donc fuir le sexe, ou s’arranger inconsciemment pour être avec quelqu’un qui le fuit aussi.
Le fuyant se sent constamment inférieur aux autres, inutile. Il pense que les gens l’écoutent par politesse, qu’ils ne sont pas intéressés. « Une personne interprète les incidents à travers les filtres de sa blessure et elle se sent rejetée même lorsqu’elle ne l’est pas ».
Le fuyant aime la solitude « car s’il recevait beaucoup d’attentions, il aurait peur de ne pas savoir quoi faire. C’est comme si son existence était de trop ».
Celui qui souffre de la blessure du rejet entre souvent dans un cercle vicieux : « il met son masque de fuyant lorsqu’il se sent rejeté pour ne pas souffrir ; il devient tellement effacé que les autres ne le voient plus. Il se retrouve de plus en plus seul et se donne ainsi raison de se sentir rejeté ». Le fuyant s’arrange pour que les circonstances lui donnent raison : il va tout faire pour être rejeté, sans le savoir, en se dévalorisant sans cesse, il ne comprend pas qu’on puisse l’aimer. Et quand quelqu’un s’attache à lui, il ne croit pas cette personne, il va donc se rejeter lui-même pour « saborder la situation ».
La plus grande peur du fuyant

Le fuyant a peur... de la panique. S’il sait qu’une situation le mettra dans l’embarras, il préfèrera ne pas se confronter à la situation, la fuir, se cacher. Il a tendance à se faire un monde du moindre problème et ne voudra pas l ‘affronter.
La démarche

« Notre ego fait tout ce qu’il peut pour que nous ne voyons pas nos blessures (…) parce que nous lui avons donné ce mandat inconsciemment ».
Lise Bourbeau considère que chacun d’entre nous vit avec ses fêlures, ses faiblesses et cherche à les camoufler, face aux autres et à soi-même, au lieu de les accepter pour mieux les affronter. Ainsi, une trahison, un sentiment d’abandon, ou un manque d’amour peuvent-ils conditionner toute notre vie si nous n’en prenons pas conscience.
Cherchez donc à savoir en lisant ces lignes quelle est la blessure qui vous est propre. Bien évidemment, les profils ne correspondent jamais à 100 % avec votre personnalité : « il est presque impossible pour une personne de se reconnaître dans tous les comportements mentionnés. Toutes les blessures ont chacune leur comportements et attitudes intérieures propres ». Cependant, vous verrez probablement à la lecture de ces 5 profils que certains vous ressemblent étonnamment.


Et retrouvez les profils détaillés dans le livre de Lise Bourbeau, Les 5 blessures qui empêchent d'être soi-même, aux éditions Ecoute ton corps.

Photo : Oredia
le 17/08/2009

https://www.femina.fr/article/les-5-blessures-q...

  • Rejoignez vous aussi la conversation sur Hellocoton !

https://scontent-cdg2-1.xx.fbcdn.net/v/t1.0-9/4...

Bonjour à tous ! Excellent jeudi ! ..
Avec la maternité suisse d'Elne ou château d'en Bardou.

Construit en 1901 et 1902 par l'industriel Eugène Bardou, le château est principalement connu pour avoir été une maternité gérée par la Croix-Rouge suisse entre 1939 et 1944, dans laquelle sont nés de nombreux enfants de femmes déportées ou exilées à cause de la Retirada ou la Seconde Guerre mondiale.

Bon jeudi à tous....

  • Rejoignez vous aussi la conversation sur Hellocoton !

https://scontent-cdt1-1.xx.fbcdn.net/v/t1.0-9/4...

  • Rejoignez vous aussi la conversation sur Hellocoton !

Bonjour
Je deplore et vous ?


STOP à la destruction de produits par Amazon

C’est un scandale de plus pour le géant du commerce en ligne. Non content de pratiquer la guerre des prix, l’évasion fiscale, de nuire à l’emploi local et de faire travailler ses salariés dans des conditions déplorables, le géant américain pratique aussi l’obsolescence programmée et le gaspillage !

La multinationale la plus puissante du monde, qui a vendu plus de 5 milliards de produits en 2017, viole le droit des consommateurs à faire réparer... Lire la suite » gratuitement leurs produits défectueux et gaspille comme personne : 3 millions de produits neufs détruits en France chaque année.

Nous avons un plan pour stopper Amazon, mais nous devons agir dès maintenant. Le Gouvernement prépare un projet de Loi pour le printemps sur l’économie circulaire afin mettre fin au gaspillage. Nous avons donc une immense opportunité pour faire plier Amazon en exigeant une loi à la hauteur des enjeux environnementaux et qui mette un point final à ces pratiques.

Signez la pétition et exigez que le gouvernement mette fin au gaspillage d’Amazon et compagnie.

Nous n’avons plus que 10 ans pour éviter une catastrophe climatique déjà bien amorcée. Les pratiques d’Amazon sont d’autant plus inadmissibles lorsque l’on sait que la fabrication de ces produits représente près du quart des émissions de gaz à effet de serre des français. C’est une question de vie ou de mort pour notre planète.

En plus de la catastrophe environnementale qu’ils alimentent, la plupart de ces objets sont fabriqués dans des conditions indignes. 40 000 enfants travailleraient dans les mines du Congo qui alimentent la production de gadgets électroniques en tout genres et qui font la richesse d’Amazon et de son patron Jeff Bezos, homme le plus riche du monde.

Le gouvernement français est sur le point de déposer ce projet de loi sur l’économie circulaire, mais si nous n’agissons pas dès maintenant, cette loi ne vaudra pas plus que le papier sur lequel elle sera écrite.

Signez la pétition et exigez que le gouvernement mette fin au gaspillage d’Amazon et compagnie.

https://actions.sumofus.org/a/stop-a-la-destruc...

  • Rejoignez vous aussi la conversation sur Hellocoton !

Conversation avec Dieu extrait....




http://nous-les-dieux.org/images/3/36/Conversat...

page 43

Je te suggère de prendre note de la situation et ensuite d'en exprimer ta vérité la plus élevée.
Si tu es fauché, tu es fauché. Il est inutile de mentir à ce propos et, en fait, il est épuisant d'essayer de monter toute une histoire pour ne pas l'admettre. Mais c'est ce que tu penses de cette situation : «Il est mauvais d'être fauché», «c'est horrible», «je suis une mauvaise personne, parce que les bonnes... Lire la suite » personnes qui travaillent fort et prennent des initiatives ne sont jamais fauchées», etc., qui régit ta façon de ressentir le fait d'être fauché. Ce sont tes paroles à cet égard («je suis fauché», «je n'ai pas un sou», «je n'ai pas d'argent») qui dictent combien de temps tu resteras fauché. Ce sont tes actions environnantes (te plaindre, rester abattu, ne pas essayer de t'en sortir parce que «à quoi bon, de toute façon?») qui créent ta réalité à long terme.
La première chose qu'il faut comprendre à propos de l'univers, c'est qu'aucune situation n'est «bonne» ou «mauvaise». Elle est, tout simplement. Alors, cesse de poser des jugements de valeur.
La deuxième chose à savoir, c'est que toutes les situations sont temporaires. Rien ne reste le même, rien ne demeure statique. De quelle façon une chose change, cela dépend de toi.
Excuse-moi, mais je dois t'interrompre à nouveau. Qu'en est-il de la personne

page 49

C'est vraiment ainsi que ça fonctionne, pour vous tous. Certains d'entre vous utilisent ce «système» de façon consciente, en toute conscience, et certains d'entre vous l'utilisent inconsciemment, sans même savoir ce qu'ils font.
Certains d'entre vous marchent éveillés, et certains d'entre vous marchent en somnambules. Mais vous êtes tous en train de créer votre réalité (de la créer et non de la découvrir) en utilisant le pouvoir que Je vous ai donné et le processus que Je viens de décrire.
Alors, tu as demandé à quel moment ta vie allait «prendre son envol», et Je t'ai donné la réponse.
La première façon de faire «décoller» ta vie, c'est d'y penser de façon très lucide. Pense à ce que tu veux être, faire et avoir. Penses-y souvent jusqu'à ce que ce soit très clair pour toi. Alors, quand ce sera très clair, ne pense plus à rien d'autre. N'imagine aucune autre possibilité.
Débarrasse-toi de toutes tes pensées négatives, de tes constructions mentales. Abandonne tout pessimisme. Délaisse tous les doutes. Rejette toutes les peurs. Entraîne ton esprit à s'accrocher à la pensée créative originale.
Lorsque tes pensées seront claires et solides, commence à les exprimer comme des vérités. Dis-les tout haut. Utilise la grande commande qui provoque le pouvoir créatif «Je suis». Fais aux autres des affirmations du type «Je suis». «Je suis» est l'affirmation créatrice la plus puissante de l'univers. Tout ce que tu penses, tout ce que tu dis, après les mots «Je suis», déclenche ces expériences, les invoque, te les amène.
L'univers ne connaît aucune autre façon de fonctionner. II ne sait prendre aucune autre route. L'univers répond à «Je suis» comme le génie de la lampe.

  • Rejoignez vous aussi la conversation sur Hellocoton !

Une jeune femme déprimée rend visite à sa mère et lui parle de ses difficultés quotidiennes. Elle ne sait comment s’en sortir et envisage tout abandonner, fatiguée de se battre continuellement. Elle a l’impression que lorsqu’un problème est résolu, un nouveau se présente.
Sa mère l’amène à la cuisine, remplit trois casseroles d’eau et les placent sur le feu. L’eau se met à bouillir rapidement. Dans la première casserole la mère ajoute des carottes, elle met des œufs dans la deuxième et des grains de café moulu... Lire la suite » dans la troisième. Elle laisse bouillir sans dire un mot. Au bout de 20 minutes, elle éteint les foyers ; égoutte les carottes et les placent dans un bol. Elle sort les œufs et les met de côté ; finalement elle vide le café dans une tasse. Se tournant vers sa fille, elle lui demande : « dis-moi ce que tu vois » Des carottes, des œufs et du café, répond la jeune femme. Sa mère lui demande de se rapprocher et de toucher les carottes. La fille note qu'elles sont molles. La mère lui demande ensuite de prendre un œuf et de briser la coquille ; la fille observe alors que l’œuf est dur. Enfin, la mère demande à sa fille de sentir et de goûter le café. Elle sourit en appréciant l’arôme riche et savoureux du café .Intriguée par tout cela, la jeune femme demande à sa mère : « qu’est-ce que ça signifie, maman ? «
Celle-ci lui explique que chacun de ces aliments a fait face à la même adversité : de l’eau bouillante, mais chacun a réagi différemment. Les carottes sont arrivées fortes et dures. Mais après avoir été soumises à l’eau bouillante, elles se sont ramollies.
Les œufs étaient fragiles, leur coquille mince protégeait leur liquide intérieur. Mais après avoir passé du temps dans l’eau bouillante, ils sont devenus plus durs à l’intérieur.
Les grains de café moulu étaient uniques, isolés. Après avoir été soumis à l’eau bouillante, ils ne constituent plus qu’un seul corps et ont changé l’eau.
« Lequel de ces éléments es-tu ? », demande la mère.
« Quand l’adversité frappe à ta porte, comment réagis-tu ? Es-tu une carotte, un œuf ou un grain de café ? Demande-toi ceci : »suis-je la carotte qui semble forte mais qui devient molle et perd de sa force devant la douleur et l’adversité ?
Suis-je un œuf qui débute avec un cœur tendre mais qui prend forme et assurance quand la situation se réchauffe ?
Ou alors, toujours comme l’œuf, ai-je un esprit fluide mais qui devient dur et fermé après une difficulté ? Est-ce que je me renferme dans ma coquille avec un esprit rigide et un cœur de pierre?
Ou alors, suis-je un grain de café qui, dans l’union avec les autres, trouve assez de ressources pour changer l’élément intrus et exhaler sa fragrance et sa saveur ?

Si tu es comme le grain de café, quand les choses semblent être difficiles, tu deviens meilleure et tu changes la situation autour de toi. » Quand l’horizon s’assombrit et les difficultés paraissent énormes, est-ce que tu t’élèves à un autre niveau ? Comment gères-tu l’adversité ? Es-tu carotte, œuf ou grain de café ?

Puisses-tu avoir suffisamment de joie pour te rendre doux, suffisamment de défis pour te rendre fort, suffisamment de peines pour te garder humain, et suffisamment d’espoir pour te garder heureux.

Les gens les plus heureux n’ont pas nécessairement le meilleur de tout ; ils ne font que ressortir le meilleur de tout ce que la vie met sur leur route.
L’avenir le plus clair sera toujours basé sur un passé oublié ; tu ne peux aller de l’avant dans la vie si tu ne laisses tomber les blessures et tracas du passé.
A ta naissance, tu pleurais et les gens autour de toi souriaient. Vis ta vie pour qu’à la fin tu sois celui ou celle qui sourit quand tout le monde autour de toi pleure.

Tu voudras bien partager ce message avec les gens qui ont une signification pour toi, avec ceux qui ont touché ta vie d’une manière ou d’une autre ; avec ceux qui te font sourire quand tu en as vraiment besoin ; avec ceux qui te font voir le bon côté des choses quand tu te sens vraiment à plat ; avec ceux dont tu apprécies l’amitié ; avec ceux qui ont besoin de ton soutien.

SOYONS TOUS DES GRAINS DE CAFE.

  • Rejoignez vous aussi la conversation sur Hellocoton !

https://scontent-cdg2-1.xx.fbcdn.net/v/t1.0-9/4...
Bonjour à vous
Temps couvert meilleur après midi
Levée 3 h puis 9 h Bien dormi et vous
Hier balade aujourd hui repos, irons balade simplement dans le coin.
Prévu rangement, mise à jour, lessive, le soleil sortira dans l après midi.
Je vous souhaite un bon dimanche et vous dis à plus tard....

  • Rejoignez vous aussi la conversation sur Hellocoton !

Je partage un article qui me parle Bien à vous

Dieu dans votre Vie....

Comment relire ma vie pour y trouver Dieu ?
Réagir

Passer en revue sa journée, la relire, comme disent les jésuites, permet de prendre conscience de lœuvre de Dieu dans notre vie. Par frédéric Fornos, jésuite, auteur du B.A. BA de la prière (éd. Fidélité).
© Clemsherpa / Flickr

Prendre chaque soir dix minutes pour s'arrêter et regarder sa journée, peut changer une vie.
Voir aussi sur croire.com



La relecture de journée n'est pas une introspection. Une... Lire la suite » discussion de moi avec moi-même sur ma journée. Ce n'est pas non plus une enquête que j'aurais à faire, avec une appréciation morale, une liste de mes péchés sous forme d'inquisition intérieure.

C'est avant tout une rencontre avec Dieu lui-même pour m'apprendre à aimer et libérer en moi les énergies de l'Amour. C'est me laisser rejoindre par le Christ au cœur de ce que j'ai vécu aujourd'hui, c'est ouvrir ma journée à son regard.
Reconnaître la présence du Seigneur dans ma vie

Je prie à partir de ma propre histoire. Qui est aussi une histoire sainte, car le Seigneur y est présent : « Tu étais là et je ne le savais pas ».

Il s'agit donc de prier à partir de ce qui s'est écrit aujourd'hui depuis ce matin, à partir de notre journée. Pour cela je vais dérouler les lieux et les personnes rencontrées.

De nos jours, dans notre culture, on cherche surtout l'intensité de moments qui peuvent apparaître, du coup, décousus les uns des autres...

Il y a un enjeu spirituel à faire le lien entre les divers événements que nous vivons, à sentir le mouvement d'ensemble d'une journée.

Comme vous pouvez le sentir, « relire » sa journée demande d'être à l'écoute du retentissement affectif en soi des événements et des rencontres vécues. Comment aussi ce que j'ai pu dire ou faire, m'a-t-il affecté ? Comment tout cela résonne-t-il en moi : est-ce de l'ordre de l'ouverture ? - paix, joie, dynamisme. (la consolation) - ou bien est-ce de l'ordre de la fermeture ? tristesse, irritation, sécheresse... (désolation).

C'est en fonction de ces mouvements en moi, de ces « motions », que je vais pouvoir reconnaître ce qui me conduit davantage vers la vie ou pas, ce qui m'aide à servir et à aimer davantage le Seigneur ou pas.

« L'affectivité » n'est pas un mal, c'est la dimension relationnelle de l'être humain, et nous avons à la prendre en compte dans notre relation au Seigneur. Saint Ignace de Loyola, à l'école des Pères, était reconnu comme un « maître de l'affectus »

Dans le premier temps de ma relecture j'ai reconnu ce qui m'ouvre à la vie en abondance et j'ai rendu grâces au Seigneur pour sa présence dans ma vie.

Dans un deuxième temps, à la lumière de son amour pour moi, j'ai repéré mon péché, mes enfermements, et je lui ai demandé pardon.

A la lumière de tout cela je peux maintenant regarder demain pour choisir ce qui m'ouvre à la Vie, au Christ, et demander la grâce au Seigneur d'écarter ce que j'ai repéré comme un obstacle.

Relire sa journée est extrait du b.a. ba de la prière, par Frédéric Fornos, jésuite, responsable de l’Apostolat de la prière.

https://croire.la-croix.com/Definitions/Lexique...

  • Rejoignez vous aussi la conversation sur Hellocoton !

https://scontent-cdt1-1.xx.fbcdn.net/v/t1.0-9/5...

  • Rejoignez vous aussi la conversation sur Hellocoton !

Bonjour à vous qui me lisait
Belle journee ensoleillée,
Belle balade de 3 h 12 kms
Nous avons decouverts ND du Roure,
et pris de l eau à la fontaine de ND
Je vous souhaite une bonne fin de journee
Amicalement à tous

  • Rejoignez vous aussi la conversation sur Hellocoton !

Levée tot , la journee sera froide que 5 degrés nous attendons
Allons nous sortir ou rester au chaud , y a à faire....
L esprit est vaganbon et l ame lourde.... Que faire....

  • Rejoignez vous aussi la conversation sur Hellocoton !

Bonjour à vous,
Nouvelle
Je vous invite à me lire
Humeur bonne ou mauvaise
Je depose
Bien à vous

  • Rejoignez vous aussi la conversation sur Hellocoton !