Tu ne seras jamais délivré, Jason ! Médée sera toujours ta femme ! Tu peux me faire exiler, m’étrangler tout à l’heure quand tu ne pourras plus m’entendre crier, jamais, jamais plus, Médée ne sortira de ta mémoire ! Regarde-le ce visage où tu ne lis que la haine, regarde-le avec ta haine à toi, la rancune et le temps peuvent le déformer, le vice y creuser sa trace ; il sera un jour le visage d’une vieille femme ignoble dont ils auront tous horreur, mais toi, tu continueras...

Cet article provient du blog cultur'elle. Caroline habite à Orléans et est également auteur de Notre planète, de Alastair Fothergill et Keith Scholey : merveilleuse nature et Une nuit à l’hôtel : ne pas être chez soi.
Lire la suite sur le blog ›