J'aimerai vivre pour les nouveaux départs ou plutôt pour les projets de nouveaux départs. Pour ces instants où l'on imagine seulement les aspects qui rendent heureux. J'aimerai vivre dans l'abstrait. Quand on imagine sans agir. Quand on rêve sans se heurter à la vie. J'aime sentir les coeurs battants de nouveaux projets, l'espoir agissant comme traitement contre la bradychardie. J'aime les conversations qui s'envolent d'avoir pris une trop grande vitesse. J'aime les sourires du rêveur...

Cet article provient du blog Vivre son monde. Nayaë habite à Paris / Dunkerque et est également auteur de Toi qui me vois malade et L'infidèle..
Lire la suite sur le blog ›