Je quitte la résidence dans laquelle je vis depuis plus de cinq ans et demi. J’y ai vécu beaucoup de choses, j’y ai ramené beaucoup de lourdeur émotionnelle en rentrant me réfugier dans mon cocon le soir. J’y ai étudié, j’y ai rêvé, j’y ai vécu l’enfer. Et aujourd’hui, je quitte ce bâtiment qui m’a vue grandir, vieillir, mourir et survivre. Il avait plein d’avantages, un certain confort – et pourtant, le départ est inévitable. Même si j’ai l’amère...

Cet article provient du blog Dans le Cocon de June. June.W habite à Lyon et est également auteur de Arrêter mes études, ou pas et Le blog fait peau neuve.
Lire la suite sur le blog ›