Cette nuit j’ai encore rêvé de lui. Il a déboulé, sans prévenir, faisant de moi son punching ball, son défouloir. Et comme à chaque fois, je me sens si seule : personne n’intervient, personne ne me défend. Mon homme n’est jamais présent dans ces cauchemars où il m’agresse. Ce n’est pas la première fois qu’il s’incruste, certainement pas la dernière. Le plus souvent il apparaît parce que quelqu’un a parlé de lui dans la journée,...

Cet article provient du blog Céline et son Bric à Brac en Vrac. Céline est également auteur de La dépression, mon « chien noir »… et Ces séries dont on ne parle pas assez #1.
Lire la suite sur le blog ›