À l’annonce, je me suis figée. Tous les bruits se sont éteints, d’un coup. Ce chien de berger qui aboyait, je le voyais, mais je ne l’entendais pas. L’onde du silence intérieur m’a percutée avec une telle violence que j’en ai vacillé. Je me suis retenue au mur, et le policier qui s’était avancé vers moi a suspendu son geste. Mon cœur en déroute a hésité entre chamade et arrêt, puis a continué à battre, presque indifférent, pour me protéger du feu de la...

Cet article provient du blog Désir d'histoires. Olivia Billington habite à Namur et est également auteur de Des mots, une histoire : récolte 4 et Roman terminé, au suivant !.
Lire la suite sur le blog ›