Y’a des matins comme ça, on reçoit un alerte mail qui ne devrait pas nous toucher plus que ça, mais ce jour là, cette annonce là, elle nous met en colère… Fort… Et l’envie d’un billet se fait de plus en plus grande, on a déjà notre titre, les doigts nous brûlent, il FAUT qu’on écrive dessus. Avec la peur viscérale, classique, d’écrire sur un sujet politique, parce qu’à part avoir fait l’ENA, Science Po et être doté d’un bac +15, on ne se sent jamais assez...

Cet article provient du blog Restons Futiles. Perrine habite à CAEN et est également auteur de Distance et Touche pas à Ouaga!.
Lire la suite sur le blog ›