Burkina, en 2014, en reprenant l’avion direction Paris, après avoir passé quelques mois sur tes terres, je crois t’avoir laissé une partie de moi, un morceau d’amour, une reconnaissance éternelle. Parce que tu es un sacrément beau pays. Et quand je dis beau, je ne parle ni de tes paysages brûlé par le soleil harassant, ni de tes vieilles pierres que les stigmates de ton histoire ont fait disparaître, je parle de tes habitants, de tes « hommes intègres ». Ta force réside...

Cet article provient du blog Restons Futiles. Perrine habite à CAEN et est également auteur de Taubira baisse la garde et J’aime la galette, savez-vous comment? #recette #facile.
Lire la suite sur le blog ›