Dans des forêts où les ancêtres appellent la poudrerie le souffle de la mort, un joaillère fabrique des bijoux avec des plumes d’oiseaux, un homme de 54 ans correspond avec celui qui a envoyé un message dans une bouteille jetée à la mer, un autre attend que l’orage éclate pour ouvrir la bouche et le boire en entier. La nature ouvre ses branches, dans ce livre, où l’on demande et propose le pardon. Le Traité...

Cet article provient du blog le blog de Argali. Argali habite à Belgique et est également auteur de Nouveaux venus québécois et Surtensions, Olivier NOREK.
Lire la suite sur le blog ›