Si le titre « Les illusions perdues » n’était déjà pris par un illustre romancier, il aurait pu servir à l’auteur de « Trop lourd pour moi ». Car Jean-Baptiste Taillandier, le protagoniste narrateur de ce récit, perdra une à une les illusions de enfance. Né au milieu des années cinquante, il entre dans la vie avec la louable intention d’aider la veuve et l’orphelin. Tenté un temps...

Cet article provient du blog le blog de Argali. Argali habite à Belgique et est également auteur de Québec en septembre et L'école des mauvais méchants 2, Stéphanie S.SANDERS.
Lire la suite sur le blog ›