« La tragédie ne se vit pas dans le moment mais dans le souvenir. » Plongée dans un quartier, Brooklyn, une époque, les années soixante dix au cœur d’un chœur d’adolescentes et plus particulièrement le cœur d’August arrivée à huit ans qui égrène ses souvenirs, des souvenirs très sombres dans une approche fragmentaire comme autant de flash rempli de poésie. August prend en charge le récit. On commence à ses côtés âgée de huit ans observant avec...

Cet article provient du blog Délicieuses Vanités. Juliette est également auteur de De l’ardeur de Justine Augier et Débâcle de Lize Spit.
Lire la suite sur le blog ›