J’avais utilisé la locution nominale longtemps sans savoir vraiment de quoi je parlais. Quand les expressions toutes faites se cognent à la réalité, elles se retrouvent transformées. Cette nuit-là, j’ai su: « la nuit noire » ressemblait à ça. La nuit était aussi sombre que le soleil avait été brûlant, quelques heures auparavant. Il avait incendié l’horizon avant de se faire avaler par la terre. En jetant un oeil à l’extérieur avant de fermer la porte...

Cet article provient du blog Sea You Son. Sea You Son habite à Bruxelles et est également auteur de Étonnant: une zone « Bisou & Câlin » dans les écoles belges et Je vis au pays des armes à feu: qu’est-ce que ça change?.
Lire la suite sur le blog ›