Quand je réalise des séances de nu artistique, notamment pour ma série "Discrétions Féminines", il arrive, en fonction de l'heure de la séance, de l'orientation de la fenêtre, du teint de la peau de la modèle, qu'une série de quelques photos se distingue par l'inhabituel résultat visuel. Cette photo en fait partie. Elle est issue de la séance avec Nina. Je l'ai appelée White Light, à cause de cette...

Cet article provient du blog Le Monde Imaginaire de E.. Christian habite à Chaplin et est également auteur de #2 | Hélène Gestern - Eux sur la photo et L'essence des maux.
Lire la suite sur le blog ›