Il venait d’avoir 18 ans, comme dans la chanson. J’en avais 20. Jeune Russe ayant grandi en orphelinat, il était arrivé en France bouillonnant de révoltes et de rêves. Il a passé des mois à me séduire. Il avait eu une enfance terrible, et me regardait comme si j’allais tout changer dans sa vie. Et moi, avec toute ma jeunesse, ma naïveté, mais aussi mon ego ainsi que mon besoin d’être aimée, je me suis jetée dans cette relation sans la moindre prudence. Rien n’était...

Cet article provient du blog Fabuleuses au foyer. Hélène habite à Strasbourg et est également auteur de Non, “foyer” n’est pas un gros mot et Ce dont j’ai besoin.
Lire la suite sur le blog ›